Pièce 1984 de George Orwell – Théâtre Denise Pelletier

Pièce 1984 de George Orwell – Théâtre Denise Pelletier

Publiée en 1949, 1984, l’oeuvre de George Orwell est malheureusement toujours d’actualité. Par moments, j’avais l’affreuse impression de regarder un bulletin de nouvelles télévisé relatant, par exemple, les dernières horreurs commises de l’État Islamique. L’omniprésence de l’écran et de la caméra fait également écho à tous ces objets technologiques qui ont envahi nos vies et, bien souvent, nous épient. Big Brother a changé de visage, mais il existe toujours, n’est-ce pas?

J’ai lu le roman d’anticipation de Georges Orwell dans ma jeunesse, c’est à dire avant l’année 1984. La dernière page tournée, je savais que je n’oublierai jamais ce livre. Hier soir j’ai retrouvé cette sensation. Un monde dirigé par le Parti c’est sombre, effrayant, désespérant. L’adaptation du livre est brillante car elle en restitue, pour moi, les problématiques essentielles. L’ouvrage est riche et chaque spectateur pourra partir avec ses propres réflexions.

La pensée unique détruit l’humanité. A son service la novlangue qui retrécie peu à peu le vocabulaire ampute la possible expression de celle-ci. La trahison. Comment résister à ce système d’oppression basé sur la dénonciation sans perdre son âme? Sa vie? Son amour? Il n’y a pas de happy end. On sort bouleversé par une pièce magnifiée par le jeu intense des acteurs. Le face à face Winston Smith (Maxim Gaudette) et O’Brien (Alexis Martin) est puissant. Certaines scènes sont au limite du tolérable.

Tout un défi brillamment réussi par la metteure en scène Édith Patenaude. Peu de décors, très bien utilisés d’ailleurs, et surtout  l’omniprésence de l’écran et de la caméra qui donnent à cette pièce une dimension particulière. Du grand art!

1984

 Crédit Une réalisation d’Éliot Laprise

Le spectacle tiré du roman culte d’anticipation 1984 de George Orwell s’empare de la scène du Théâtre Denise-Pelletier du 9 novembre au 7 décembre 2016. Adaptation des auteurs britanniques Robert Icke et Duncan Macmillan, cette œuvre phare d’Orwell est traduite par Guillaume Corbeil et mise en scène par Édith Patenaude, deux jeunes créateurs de plus en plus aguerris, passionnés autant par la force manipulatrice de Big Brother que par celles de l’art scénique et du septième art. La pièce met en évidence la société de surveillance, la réduction des libertés individuelles, mais aussi les mécanismes mis en place par l’homme pour cadenasser la pensée. Coproduit par le TDP et le Trident, 1984 a reçu un accueil fort éloquent à sa création dans la ville de Québec la saison dernière.

Dans un régime dirigé par Big Brother, Winston Smith (Maxim Gaudette) est chargé de réécrire l’Histoire dans le cadre de son travail au ministère de la Vérité. Il demeure à chaque instant susceptible d’être traqué par la police de la pensée. Malgré cela, il tente de comprendre la motivation de la dictature totalitaire mise en place. Il commence à écrire un journal afin de laisser une trace de la vérité. Amoureux de Julia (Claudiane Ruelland), il rêve comme elle d’un soulèvement. Tous deux croient fermement à cette Fraternité de résistants que dirige clandestinement le charismatique O’Brien (Alexis Martin). O’Brien est-il le seul espoir pour que Winston échappe aux châtiments, prix à payer pour ses crimes envers le parti ?

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *