Rideau Vert: les fées ont soif, 40 ans et pas une ride!

Les Fées ont soif, la pièce qui a fait scandale il y a 40 ans, démarre fort la programmation 2018_2019  du Théâtre du Rideau Vert. Saison que Denise Filiatraut voulait dédier aux femmes. Une pièce, dont la représentation au TNM à l’époque, a demandé une farouche détermination face aux tentatives de censure, pétitions, manifestations et menaces de mort. Mais finalement l’accueil triomphal du public en a fait une pièce inoubliable.

Témoin de cet événement marquant de l’histoire du théâtre Québecois, Sophie Clément qui faisait partie de la distribution à l’époque, assure aujourd’hui la mise en scène de la pièce. Un défi exaltant autant plus que Denise Boucher, l’auteure était présente dans la salle.

Le soir de la première médiatique j’ai assisté à des moments d’émotions intenses. Des retrouvailles. Des spectatrices et spectateurs qui avaient assisté à la représentation il y a quatre décennies. Heureux de se revoir, fiers d’avoir traversé le temps, fiévreux et curieux de voir la version 2.0 de la pièce.

Pour ma part, c’est ma première vision de la pièce et je trouve que Sophie Clément a magistralement relevé le défi avec la nouvelle génération d’actrices: Bénédicte Décary, Caroline Lavigne, Pascale Montreuil.

 

Crédit photos : Jean-François Hamelin

 

Dès le début quand le rideau se lèvent sur les trois femmes costumées comme des actrices des tragédies grecques antiques avec une entrée musicale puissante, nous sommes préparés à une écoute attentive. Le décor est minimaliste mais non moins signifiant et très présent: une grande statue de la vierge Marie. Ces trois femmes, la mère, la prostituée et la vierge ont soif d’être entendues et leur message est vibrant. La présence discrète et indispensable sur scène des musiciennes Patricia Deslauriers et Nadine Turbide interprétant une création originale pour la pièce de Catherine Gadouas donne de l’ampleur au cri des fées.

 

Crédit photos : Jean-François Hamelin

 

Le thème de la pièce, quarante ans plus tard est-il dépassé? point du tout. Même si les choses ont évolué favorablement pour la liberté des femmes dans les dernières décennies, l’affranchissement des femmes des normes imposées par une société encore patriarcale n’est pas encore accompli. Le mouvement #metoo en est la preuve.La mère affranchie qui va travailler et continue à gérer la maison en sus de donner de son temps pour sa famille se tient peut-être elle même prisonnière d’un nouvel archétype: la mère parfaite avec pour conséquence un burn-out à court ou moyen terme. Ce n’est pas si facile de sortir de l’emprise des modèles. Cette pièce doit être vue et entendue par le plus grand nombre. Courez y!

 

Crédit photos : Jean-François Hamelin

 

Communiqué de presse du Rideau vert (1/1/2018):

Un engouement qui ne se dément pas :
On annonce 4 nouvelles représentations. Plus que jamais dans l’air du temps, Les fées ont soif attire un large auditoire.

30 représentations affichent complet, forçant le Théâtre à ouvrir 3 nouvelles représentations les 3, 6, 7 et 8 novembre, pour un total de 18 supplémentaires afin d’accueillir la forte demande. Ce texte nécessaire résonne
toujours par sa pertinence et nous souhaitons que le cri du cœur de nos fées soit
entendu, et par le plus grand nombre!

Faites vite, même avec les supplémentaires, la pièce se joue presque à guichets fermés!

Dernière représentation le 10 novembre.

Achat de billet:

Réservation en ligne

Au guichet / 4664, rue Saint-Denis

Par téléphone / 514 844-1793

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *